A night with The Ex : an interview with Arnold de Boer (The Ex)

 

 

Oh, damn ! Pretty stoked to present our first collaboration with David « Almighty » Livegeneva TV : a lenthy interview of The ex’s singer Arnold de Boer, mixed with live footage. It’s not perfect but it’s cool. Enjoy !

Oh, bon sang ! Bien contents de présenter notre première collaboration avec David « Tout-puissant » LivegenevaTV : une longue interview du chanteur de The ex, Arnold de Boer, mixée avec des extraits de concert. C’est pas parfait mais c’est cool. Enjoy !

>>>>>>>>>>> THE EX

>>>>>>>>>> LIVEGENEVATV

« La branche déviante de la famille » (Pilier, YC-CY – la Makhno, 10 mai)

yccy couv.JPG

A proprement parler, on peut pas vraiment dire qu’il y ait d’organisation consacrée au noise-rock dans la région Annecy/Genève. Ca reste un peu le vilain petit canard, la branche déviante de la famille. Le cousin pas sortable. La cousine transgenre. Mais, au final, il n’y a pas trop à se plaindre car, dans la programmation des uns ou des autres, il y a régulièrement des noms inespérés, des coups de folie.

pilier 1.JPG

La soirée commençait avec le hardcore-punk des locaux de Pilier. Eruction continue de rythmiques rapides et de riffs rentre-dedans, sans temps mort, dans un esprit très proche des Annemassiens de Wrensh. Hardcore droit au but, sans le métal en quelque sorte. Bon sang, heureusement qu’il y a encore des groupes comme ça.

pilier 2.JPG

On sent le groupe habitués du lieu. Et le public, qui assure l’ambiance joviale. Ils se laisseront même convaincre par un rappel.

yccy 5.JPG

Les Suisses allemands de YC-CY  ont peu joué par ici. Ils viennent de sortir leur 2e album sur le label allemand X-Mist et faisaient une courte tournée de trois dates dans l’est de la France.

yccy1

Leur musique semble provenir d’un lieu non-cartographié. Atmosphérique et bruitiste, violente et émotionnelle, dansante et expérimentale. A équidistance du post-punk, du hardcore, de la noise. A l’image du génialissime Kepler-186f, qu’il joueront en deuxième et qu’il faut absolument écouter. Ce morceau mérite à lui seul le nom de Todestanz – Danse de la mort -, le titre de leur album.

yccy 2.JPG

Pulsation puissante de la batterie, réduite à sa plus simple expression, qui capte les regards. Bassiste en retrait, les yeux clos – des images de Joe Lally de Fugazi reviennent en flash. Sonorités incongrues que le guitariste tire de son instrument. Des airs de synthé vérolé. Chanteur coincé aux abords du public, plié sur son micro.

yccy 4.JPG

La charge fût relativement brève mais intense. Comme leurs copains allemands de YASS, YC-CY dessine un noise-rock du futur – ou du présent, tout simplement – qui donne grandement envie de continuer à suivre ce que donne ce groupe.

 

>>>>>>>>>> PILIER

>>>>>>>>>> YC-CY

 

The non-philosophy of noise-rock : a (posthume) interview with Buzz rodeo

br band 4.JPG

We all love it when a plan comes together. Such was the case when Stuttgart-based trio Buzz rodeo said they were available to play with local emo-rockers Nurse at their album release party in Le Poulpe. Meeting Ralph, Daniela and Helge was a blast and, on stage, the dry, angular and yet melodic noise-rock of the Germans seriously kicked asses. It came all the more as a surprise, then, to learn that the band had disbanded a few days later, putting their west-European tour to a brutal halt. So much for rock’n roll. Anyway, they let none of that out on that night and were happy to answer some of my usual questions. Here is what they had to say.

OK Buzz rodeo, let’s go  ! Your songs are really well built, noisy but very coherent, so I guess this is not your first band experience… Could you tell us a little bit about your musical pasts ?

Ralph (guitar/voice) : We played in a band called Are we electric ? It was instrumental surf-punk-math-rock (laughs) ! And I played before in a band called Mink Stole et Helge played in Craving, I played in Bhang dextro. We had four 7 ‘’ out in the 90s.

Helge (drums) : The drummer of Bhang dextro left and then I came and we formed Are we electric ? together.

Ralph : Are we electric ?, Mink Stole and an unknown band called Lightning ships… And Tiger Shower Caps !

And you, Daniela ?

Daniela (bass) : I played in an all-girl band. A cover band.

How is the integration in Buzz rodeo going ? (Daniela has been in the band for one year)

D : Very good ! I love the music, I love the songwriting…

R : The guys ! (Laughs)

D : Yeah. Ralph is a bit special…

R : (Funny voice) Very special !

D : Helge is my flying teacher ! He is such a good drummer that playing bass with him is like flying ! And Ralph, he is…

R : … (Unidentified german word, better not to translate.)

D : No, an endless source of songs… In three days, he can do…

R : … one album ? (Laughs)

That was actually my next question : what is the writing process to achieve these songs that you recognize almost immediately ?

R : I just come to the rehearsal and play some riffs… and the others build it up !

buzz_rodeo-25.jpg

Your last album was published on a polish label – Antena krzyku -, can you pronounce that name for me ?

R : We say « Antena Kryschkou », but we don’t really know…it might not be the exact way… (Laughs)

Can you tell us a bit about this label ?

R : Its is 30 years old, at some time it was forbidden in Poland. Too political, or something like that… It’s a really cool guy who runs the label !

How did you meet him ?

R : He wrote to me on Facebook and we talked and talked and talked. I hadn’t noticed that he had a label. Three weeks later, he was like « Hey, I’ve got this label » and I was like « WHAT ?!! ». He has many bands on his label from all over the world. And not only noise-rock : hardcore-punk, balkan rock, he has all… But he loves noise-rock and post-punk ! He was the roadie for The Ex in the 80s and 90s, he was all over Europe with them.

D : And the best thing is that he doesn’t tell us what we should do…

R : Most of the promotion we do by ourselves, on Facebook…

Yeah, I’ve seen it once or twice… (Everybody laughs out really loud, Ralph being a serial Facebook poster.)

R : But you have to do this ! There are so many bands out there ! Many bands say fuck self-promotion, but it’s not my opinion…

buzz_rodeo-01.jpg

Do you think this has changed ? In the 90s, there used to be quite a lot of fanzines that bands would use for their promotion…

R : Yeah, I personnally read Maximum rock’n roll, Flipside, Heartattack and the German ones : Ox fanzine

H : And Trust. Trust is better !

R : And Skyscraper magazine and Copper press. And Magnet magazin in the 90s. And another German one in the 90s : Spex.

D : But the change is that you have more direct contact with fans. With social media, you collect them step by step, you talk with them directly. We send the teeshirts, the records by ourselves…

R : We write little messages, include them in the package. We built this Buzz rodeo thing mostly on Facebook.

Then do you think local scenes still have a relevance when you can be in touch with a guy in South america and organize a tour…

R : Local networks yes but not with the local scene… Not so many bands and they are much younger than us. But we have connections all around the world. The guys call us : Hey, come to Russia, come to Australia ! The next step would be to tour the US but… we are afraid of Trump ! Could be a horror trip !

Are these easy connections all good experiences ?

R : In general, you can rely on people, yes.

D : Things happen…

R : Yeah, but I would say 90 % is good. No assholes ! It works !

You seem to be very active : writing, recording, touring. Do you have music-related jobs ? Or flexible jobs ?

R : I’m a landscaper. Self-employed, so when we play, I have no money. But I can do what I want.

D : I’m in a sound studio that does advertising : radio spots, TV spots and videos… The day has 24 hours and it’s always full. When I do stuff for Buzz rodeo, I can’t work so much. But it’s OK.

H : I’m a teacher for fair-trade shops…

R : We can’t live from music only ! So far but… it can change ! (Laughs)

buzz_rodeo-14.jpg

Can you tell what bands are worth listening to in Germany right now ?

R : German bands ? That’s the hardest question ! (Laughs) Heads…. Not many that I prefer listening to…

H : You have to take a few minutes to think about this… Kurt… Ten Volt shock is cool ! Yass…

R : Party diktator. They have a new band called Waran… I personnally listen to American or UK bands : Blacklisters, Usa nails… And all the 90s stuff : Touch and go, Amphetamine reptile, Dischord, Trance syndicate… This shit… And I love Peru, from Poland. they’re great !

H : Frana… Porch… We toured with them in the UK.

You – especially Ralph – seem to be real noise-rock freaks, how would you define the essence of it – the philosophy of noise-rock – to people who don’t know about it and surely want to know ?

D : Good question…

R : We are really loud… and dirty. Well, … I don’t know ! (Laughs)

D : In the end, it’s just music. A matter of taste…

R : My roots are more in the UK post-punk scene. The Fall, stuff like that… Television personalities, Gang of four are my personal favourites. The guitar-player is god !

D : Music just makes peole feel something. You can say I love that but you can’t say what the philosophy of it is !

(Follows a discussion on how music can touch people in different ways…)

R : A new record is in the works : fifteen new songs ready to be recorded. We hope we can go to Blackbox studio, in France. We have contacts with Albini too but it was too expensive for us. But it would be a good thing, recording with him in the near future.

So you’re planning to have the new album out this year ?

R : Yeah, on the same label, Antena Kryzku. Of course.

 

Post scriptum

On latest news, Ralph has started a new band project with Sasha (ex-Frana) on drums and Daniel (Buzz rodeo sound guy) on bass. To be continued…

 

All black and white pictures are from Dylan D. Breed. Thanks to him again.

 

>>>>>>>>> MINK STOLE 1, 2

>>>>>>>>> BHANG DEXTRO 1, 2, 3

>>>>>>>>> ARE WE ELECTRIC ?

>>>>>>>>> TIGER SHOWER CAPS

>>>>>>>>> LIGHTNING SHIPS

>>>>>>>>> BUZZ RODEO

>>>>>>>>> ANTENA KRZYKU

>>>>>>>>>> LE POULPE

 

 

« Le noise-rock est un sport de combat » (Buzz rodeo, Nurse – Le Poulpe, 17 mars)

nurse-ccouv retravaillée

Parfois les rêves se réalisent. Parfois les hasards coïncident. Nurse qui fêtent au Poulpe leur premier album, un des disques de la scène locale les plus attendus, de ce côté-ci en tous cas. Et Buzz rodeo en rade de date sur la route de leur tournée italo-franco-espagnole… Alignement des planètes au-dessus de l’auberge supersonique de Reignier. Bon sang.

buzz_rodeo-13.jpg

Pas sûr que qui que ce soit ait entendu le nom de Buzz rodeo avant cette soirée du 17 mars. Pourtant le trio de Stuttgart a déjà deux albums, une poignée de formats plus courts et quelques tournées en France au compteur.

buzz_rodeo-25.jpg

Buzz rodeo, c’est un noise-rock tendance ligne claire. Guitare tranchante, aiguisée comme un scalpel. Rythmique roulante, lourde mais sans excès. Pas de de graisse aux entournures. Juste ce qu’il faut de gravier dans la bouche et la peau(st-punk) sur les os. Et un certain savoir-faire dans la mélodie narquoise, aussi.buzz_rodeo-12.jpg

Le trio – Ralph à la guitare, Helge à la batterie et, last but not least, Daniela et ses magnifiques santiags rouges à la basse – execute son set.  Deutsches qualität. Et le mot exécution prend ici tout son sens.

buzz_rodeo-20.jpg

« Arkansas », « Underground luxury », « Jordan’s walk »…. Coups dosés, calibrés, méthodiques. Faits pour atteindre leur cible et qu’on fasse comme Ralph. Qu’on tombe à genoux.

buzz_rodeo-14.jpg

Le public était plutôt stoïque. Mais attentif, c’est déjà ça. Et il s’est encore densifié pour le début du concert des Nurse, qui fêtaient donc la sortie de leur premier album, dont on reparlera très bientôt par ici. On pouvait se le procurer en CD ce soir-là, pour la version vinyle va falloir attendre encore un peu.

nurse-13.jpg

Pop sensible et ciselée ? Post-hardcore furieux et explosif ? Qui sait… Nurse trace sa ligne entre émotions contradictoires. Corde raide tendue au-dessus des à-pics.

nurse-11.jpg

Sur la scène du Poulpe 2.0 (qui, d’ailleurs, vient du Macumba, si, si), avec un son peut-être un peu moins naturel que lorsqu’il sort directement des amplis, on retrouve ces morceaux qu’au fil des concerts on a appris à connaître presque par coeur. Qu’on devine composés à l’instinct. Taillés pour la scène.

nurse-14.jpg

Quelles que soient les conditions, le lieu et l’heure, le groupe carbure toujours à l’énergie explosive, la transe dans le feu de l’action,  la purification par les flammes. Prêts à tout pour faire vivre l’instant. Quitte à se retrouver lui-aussi sur les rotules à la fin du concert. Certainement une des expériences les plus intenses de la scène locale en ce moment.

buzz_rodeo-27.jpg

Vous avez dit Noise rock freak ?

Toutes les photos sont de Dylan D. Breed, un grand merci à lui !

On peut déjà voir – bon sang, quelle rapidité – quelques images de ce concert, au flou dosé, calibré et méthodique, sur l’excellent site photo d’Olive, que je ne saurai trop vous recommander.

>>>>>>>>>> BUZZ RODEO

>>>>>>>>>> NURSE

« En avant dans toutes les directions » (Massicot, The Ex – Cave12, 13 déc.)

couv.JPG

SUPER_JOIE FANTASTIQUE MERCREDI SOIR !, comme dirait Cave12. Enfin, je le fais pas aussi bien qu’eux. Avec deux groupes bien connus dont la rencontre relève de l’évidence.

massicot 1.JPG

Massicot installe un drôle de ballet déséquilibré et mutique.  D’un côté, les tropiques, les rythmes chaloupés et entraînants. De l’autre, la guitare atone, stridente et répétitive. La voix scandée, presque martiale par moment et parfois chantée en letton, je crois – ce qui d’ailleurs n’a rien à voir.

massicot 3.JPG

C’est un inconfort étrange, un brin absurde, bizarrement déviant et plaisant. Quelque chose comme l’équivalent musical de Buster Keaton.

massicot 2

Un musique intense, tendue. La concentration des musiciennes est palpable sur scène. Ce qui n’empêche pas une bonne dose de complicité d’ailleurs.

the ex 5

Quel pied de revoir The Ex et leur agit-prop-punk à nul autre pareil ! Ca faisait presque longtemps – si on omet les projets parallèles vus entre-temps et qui passent régulièrement dans le coin.

the ex 2.JPG

Le groupe a beau exister depuis un paquet d’années – 1979, quand même, ils détestent rien plus que l’ennui et présentaient donc un set entièrement nouveau, pour un album à venir. La motivation était grande et le set commence pied au plancher. Et Terrie et Andy ne tardent pas à se lancer dans un de leurs fameux duel de guitares ferrailleux. Une copine souffle : « Ah ouais, The Ex, c’est la baston, en fait ! »

the ex 3.JPG

Sans connaître les titres, on reconnait la patte typique des hollandais bruyants  – en fait, il n’y a que la moitié du groupe qui est originaire des pays-bas – les hymnes bruitistes frénétiques où la musique du groupe a des accents de fanfare noise – surtout depuis qu’ils ont trois guitares. Un long titre sonique répétitif, presque instrumental. D’autres ambiances plus retenues, avec parfois la voix presque enfantine de Katherina.

guitare

The ex, 38 ans d’âge.

Ce groupe a quelque chose d’un ovni, quand même. Ou d’un miracle. Sa manière de faire ce post-punk à la fois naîf et vindicatif, expérimental et bruitiste, n’appartient qu’à lui.  The Ex, c’est l’antithèse du math-rock.

l objet de nos questionnements.JPG

Sac poubelle avec boules de mousse collées dessus, utilisé par Terrie pour jouer de la guitare. Objet de nos questionnements.

Et pour Rad-Yaute, c’était un peu  « Foward in all directions »  ce soir-là, aussi. Vu que ça a été l’occasion d’une expérimentation avec la vidéo. Une interview filmée par Mister David, aussi connu sous le nom de LiveGenevaTV MC. On attend le résultat avec une certaine, euh, appréhension.

>>>>>>>>>> MASSICOT

>>>>>>>>>>> THE EX

« Vague froide » (Jessica 93, Future faces – Usine, 19 oct.)

ff couv.JPG

Vague froide sur Genève : quelques images du concert hier à l’Usine.

Jessica 1.JPGA vrai dire, j’étais pas au concert mais c’est certainement pas ça qui va m’empêcher d’en parler. Ca va être rapide.

Jessica 2Jessica93 sort un nouvel album bientôt mais là, il était en solo et ne jouait donc que des anciens morceaux.

Jessica 3.JPGQuant aux Genevois de Future faces, ils fêtaient la sortie de leur joli EP il y a quelques mois, sur le label Throatruiner records.

ff 5.JPGSi la voix était un peu noyée dans son brouillard d’effets, il paraît que la section rythmique était absolument massive… Il paraît.

ff 3.JPGLe groupe ne devrait pas s’arrêter là… à suivre !

 

feminists contre police.JPG

Merci Anne pour les photos !

>>>>>>>>>> FUTURE FACES

>>>>>>>>>> JESSICA93

Future faces, « Revolt » EP

ftr faces.jpg

Tout beau, tout chaud – non, en fait il est sorti il y a quelques semaines -, voici le premier EP des genevois de Future faces. Un groupe qui attire l’attention, par le pedigree de ses membres, d’abord, issus de plusieurs formations marquantes de la cité de Calvin – Elizabeth et Equus. Et aussi parce que ce premier disque sort chez Throatruiner records, le label d’Elizabeth, généralement plutôt pouvoyeur de hardcore violent et sombre, mais pas que. La preuve.

Avec ses rythmiques lourdes – héritage du récent passé hardcore ? – et ses guitares cristallines, stellaires, le morceau d’ouverture, Embraces, plante le décor. En plein terrain post-punk/new-wave.  Mais pas de rigidité à la Joy division ici. Pas de chemise boutonnée au col et de danse épileptique. Quoique, pour les chemises, j’en sais rien en fait. Il y a quelque chose d’ample, d’envôutant chez Future faces. Peut-être cette voix grave qui semble presque murmurée et réchauffe l’atmosphère crépusculaire.

Un peu moins accessibles mélodiquement, Structures et Columns dérivent dans les mêmes eaux glacées. Naviguent entre lourdeur atone, écrasante et déshumanisée, et des mélodies fragiles et scintillantes. January, un morceau plus enlevé qui pourra rappeler The Cure, clôt le disque.

Dans sa jolie pochette dessinée par Jonathan Sirit, ce premier EP est une bien belle carte de visite. Qui donne grandement envie de voir ce que le groupe est capable de transmettre sur scène. Bientôt, on espère.

Future Faces, « Revolt » (Thoatruiner records, 2017)

>>>>>>>>>> THOATRUINER RECORDS

>>>>>>>>>> FUTURE FACES

Massicot/Housewives split 7″

massicot hswvsLes split 7″ scellent en général l’amitié et la proximité artistique de deux groupes. C’est le cas avec ce disque que partagent les genevoises de Massicot et les anglais de Housewives, qui ont joué ensemble sur bon nombre de scènes et dont les approches déviantes du rock ont un air de parenté évident.

Une voix, monocorde, parlée, débite un fil tendu. Autour, les arabesques et accidents de la musique. Des petites notes de guitare, lumineuses et pétillantes, plombées tout à coup par une partie lourde et stridente. Massicot invente une transe électrique naïve et nerveuse – un peu dans le sillon d’anciens comme Dog faced hermans – et je crois bien que Kokteilis est mon morceau préféré du groupe.

Comme à leur habitude, Housewives, réunit des éléments totalement disparates dans un ensemble dont on se demande comment il tient. Leur EXC. 281016 est à la fois linéaire, répétitif, épars et aléatoire. Un post-punk crispant et déshumanisé, la tension sourde à l’état pur, suicidé par une fin abrupte. Faut vraiment découvrir ce groupe incroyable, avec une petite préférence pour les premiers enregistrements, plus punks.

 

Massicot/Housewives split 7″ (Blank Editions / Hands In The Dark / Red Wig / Et Mon Cul C’est Du Tofu? / Harbinger Sound)

>>>>>>>>>>>>>>>>>> MASSICOT

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> HOUSEWIVES

« Avant la musique » (Seabuckethorn, Shar, Housewives – Cave12, 11 déc.)

dscn2830Comme l’an passé, le festival Face Z (L cette année) posait ses valises à Cave12 pour une soirée de découverte musicale tout azimuth. Avec une arrivée tardive, sur les notes finales de Seabuckethorn, guitare jouée à l’archet, salves mouvantes d’accords singulièrement metalliques.

shar 1.JPG

Shar. Trio basse, batterie, ballons. Ca peut faire peur. Surtout quand la musicienne se met à astiquer une longue quéquette rose – un ballon – dès le premier morceau. En fait, la trituration virtuose des ballons se rapproche  de l’utilisation bruitiste de platines ou du son déchiré d’un saxophone free-jazz. Les morceaux sont joueurs, limpides et ce free-rock malicieux, qui pourrait faire écho à Fred Frith ou à Roof, est finalement très accessible.

DSCN2834.JPG

Housewives ou l’obscurité. Sons stridents, amorphes, froideur, mélodies en bribes, parasitées, batterie squelettique. Le post-punk spectral de ces anglais affectionnant les pantalons feu de plancher ne ressemble à aucun autre. Peuvent jamais rien faire comme tout le monde.

hsws 1.JPG

Housewives

Seabuckethorn

Shar

« Plein de nostalgie et d’idées stupides » (Gondoliers – Urgence disks, 16 octobre)

affichePetite transe de fin d’aprem’, avec Gondoliers. Guitare/Synthes, batterie, chant. Il en faudrait pas beaucoup plus pour remplir  Urgence disks. Le groupe propose un set de post-punk intense et hanté, des mélodies ludiques au synthé qui se mèlent aux riffs distordus de la gratte.

DSCN0169J’ai trouvé qu’ils avaient ce truc d’arriver, avec des recettes bien connues, plutôt basiques, à produire quelque chose de percutant, de réel. Presque d’ incarner l’esprit même du punk-rock, avec trois bouts de ficelles. C’est con, mais ce sont souvent des groupes américains qui me font cette impression…La différence peut-être entre un groupe qui essaye de faire de l’effet et celui qui veut juste jouer sa musique le plus intensément possible, là, maintenant. Il n’y avait qu’à voir le batteur, la tête renversée, la bouche ouverte et les yeux clos, taper comme un décérébré sur ses deux cymbales…

DSCN0171Faut dire que le lieu est particulier, aussi. Urgence Disks, c’est vraiment un endroit minuscule mais en même temps, le groupe ne bénéficie d’aucun artifice pour faire de l’effet. Pas de scène, à peine de lumières, sono minimale. Du son brut, pas de triche, et ça le fait. D’une façon qui ne pourrait pas se passer dans une salle avec de plus gros moyens…

Surtout que le groupe sait ménager ses effets et garder  le meilleur pour la fin : un chouette morceau, avec une montée en intensité un peu plus forte que les autres, et le guitariste qui passe de manière impressionante de sa guitare dont il tire des accords grinçants et aux parties synthés jouées quasiment en même temps.

DSCN0176

Fight for la bonne bouffe veg de l’Usine

Drôle de nom, Gondoliers, sinon. Mais quand on y pense, ce n’est peut-être que justice qu’après des décennies de suprématie culturelle américaine, ce soit la vieille Europe qui inspire l’imaginaire des punks. J’attends les groupes qui s’appelleront dolmen, arc de Triomphe ou Tour de pise !