« Voici le bruit incroyable » (Nevraska, We are the incredible noise – Makhno, 24 nov.)

Plein de monde ce soir-là à la Makhno – le restaurant frais, funky et d’extrême gauche libertaire de l’Usine, pour un concert made in la Yaute avec Nevraska et We are the incredible noise.

DSCN0398

Hé, mais c’est qu’il y a une bonne sono, ici ! Tout à coup, le math/noise-rock des Nevraska prend de l’ampleur. On retrouve un peu de la profondeur du son de leur démo, le jeu de basse bien complet, ses accords sur les cordes aigues en parallèle des cordes basses (Pascal utilise à la fois un ampli guitare et un ampli basse). Pareil pour les parties sur les tomes, qui prennent une autre allure. Le set claque. Clairement le meilleur concert que j’ai vu d’eux. Ils auront même droit à un petit rappel.

DSCN0393

Nevraska, c’est des mélodies sur le fil travaillées par des triturations noise, sur fond de rythmes  trépidants. Je pensais à No Means No en les regardant (allons-y pour  les références), pour leur capacité à mettre leur technique au service d’une musique finalement assez lisible.

J’espère qu’ils garderont ce côté abrasif, en tous cas… Ils devraient enregistrer leur album en mars prochain.

DSCN0395

J’ai fait une vidéo d’un des morceaux et j’étais bien content que ça tombe sur Nebula (https://www.youtube.com/watch?v=P_Kf4uFcwW4). J’aimerais bien faire ça régulièrement, pour des groupes ou des artistes locaux… Le son est assez pourri, par contre, reportez-vous à leur bandcamp pour une expérience d’écoute plus confortable…

DSCN0400

J’ai pas trop eu le le temps d’assister au set de We are the incredible noise (qui ont un nom qui claque, faut bien l’avouer). Chanteur très démonstratif et changements de styles abrupts, qui rappellent un peu certains groupes de Mike Patton (toutes proportions gardées, hein). Un style où t’as plutôt intérêt à être trés bon…

WATIN détail

J’ai également fait une vidéo d’un morceau – assez rock/stoner, j’ai trouvé -, visible ici : https://youtu.be/pPX2EYHjXLk.

Sur le retour, je suis témoin d’une fouille au corps, plus loin une avenue est barrée par des voitures de flics… ambiance état d’urgence… qui aurait clairement pu être un autre titre pour cette petite chronique de rien du tout.

 

 

« On a tous un côté Marylin… » (Marylin Rambo, Fuper, Lado – L’Ecurie, 17 nov.)

12235021_1647047992217879_5609822117425556904_nIl y a un nombre impressionnant de pédales d’effets sur scène pour Fuper. La musique du duo genévois a un côté assez minimaliste, lo-fi, une espèce de garage trafiqué ou de pop déréglée. Quelques plantages, dus sûrement à la jeunesse du projet, qui je trouve rendait le concert humain. On peut même dire que ça accentuait sérieusement le côté lo-fi.

fuper 2.JPG

Fuper, merfi.

Lado, c’est une formation où les deux Marylin Rambo s’amusent à faire le backing band pour un madoliniste, si ce mot existe. C’est frais et folk de traviole.

Lado

Marylin Rambo, c’est un duo guitare/batterie de Lozère. Math qui rocke pas mal, et même assez burné, un peu dans les parages de Pneu. Il parait que c’était pas leur meilleur concert, mais ça a bien fait danser quand même et c’était très agréable de les rencontrer. Aurel fait un microlabel très beau, epicericords (il fait le graphisme aussi) et multiplie les projets (au moins 4 à ma connaissance). Ils avaient une chouette table avec des fanzines et quelques  disques (c’est triste un concert sans table), ils m’ont vendu un CD qui ne marche pas mais comme ils donnent les affiches qu’ils vendent 5 euros, c’est pas grave.

Le label en question : http://epicericords.tumblr.com/

« L’orchidée cosmique » (Urgence disks – 1er nov.)

DSCN0350Quelques images  du show de L’Orchidée cosmique à Urgence disks. L’Orchidée, c’est un projet solo d’un bassiste d’Annecy. Plongées soniques tout en douceur, perte de pesanteur, grosse basse distordue. Ca joue autant avec les pieds et les pédales d’effets qu’avec les doigts. Tout se bouscule, se superpose ou se répond. Chouettes effets de contrastes sur les textures sonores. On pouvait penser aussi à des trucs un peu cold typés années 80, car finalement on retrouve des bases rock assez classiques, notamment lorsqu’il y a un beat. Un projet à suivre…

DSCN0353

Et une petite vidéo d’un morceau pas encore publié, et encore sans nom : https://www.youtube.com/watch?v=GvwrCei_9P0&feature=youtu.be