« Ils sont fous, ces anglais ! » (YCVN, Death Pedals, Palehorse – The Hope and Anchor, 20 juin)

18997_628363277299746_578154080227732084_n

De passage en Angleterre, je profite d’un peu de temps libre pour aller faire un tour à Londres, goûter un peu de noise british. Vive les voyages culturels !

La soirée est organisée par Rip this joint!, un collectif de groupes et d’artistes londonien, et se passe au Hope and Anchor, un pub musical du nord de Londres. Qui a vu passer pas mal de noms (Specials…) dans ses murs, si j’en juge par les affiches qui le tapissent. Trois groupes à l’affiche, trois styles différents.

Photos-0011

YCVN

YCVN est un duo batterie / claviers, électro, etc. mais YCVN ne se cantonne pas pour autant à de la musique minimaliste car YCVN est un groupe assez débordant qui ose beaucoup de choses. Non, je n’ai pas dit que ça partait dans tous les sens, mais ça part dans beaucoup de directions. La voix trafiquée un maximum et le synthé qui voit trouble m’ont fait penser à Dévo ou Kraftwerk, mais les mélodies popisantes rappellent des choses déjà moins avouables. Enfin, on ne s’ennuie pas une seule seconde, même si ce n’est pas forcément le genre de musique que j’écouterais sur disque chez moi. Pas volontairement, en tous cas.

Photos-0012

Death pedals yeah !

And now for something completely different… Death Pedals est un groupe dont j’avais entendu parler sur le zine noise ultime « Perte et fracas » (que tu devrais aller consulter si tu ne connais pas car il y a là un amour de la musique noise qui dépasse tout entendement). Mini sound-check, le bassiste affiche un sourire satisfait au son gras et saturé qui sort des baffles et c’est parti pour un set de punk-rock survolté qui ne connait pas de repos. Punk-rock qui ne quitte presque jamais ce bon vieux mid-tempo des familles, qui a dû être considéré comme le summum de la sauvagerie il y a longtemps, mais qui rocke encore bien les chaumières aujourd’hui. Leur son m’a fait penser à des choses comme Husker Dü et tirait sur le noise sur certains morceaux plus répétitifs et monocordes (adjectifs employés ici uniquement dans leur sens positif, je précise).

Palehorse est un groupe qui visiblement avait plusieurs fans dans la salle mais qui ne m’a qu’à moitié convaincu. Les deux basses et la batterie font un super boulot : c’est lourd, ça sonne terrible, ça tourne comme un animal dans sa cage prêt à se jeter sur les grilles. Seulement, la voix, à côté, ne fait pas le poids. Le chanteur se rabat souvent sur des hurlements ou grognements qui ont pour effet de transformer ce groupe en cliché hardcore alors que sa musique aurait pu être autrement plus prenante et dérangeante en cherchant autre chose. Mais bon, n’est pas Oxbow qui veut…

Photos-0014

Palef***inghorse

Bon, ce n’est qu’un avis subjectif. Par contre, ce qui est objectif c’est les gros lourds qui se sont mis à pogoter si violemment qu’un gars du public qui ne demandait rien à personne a failli s’évanouir quand il s’est pris un coup. Il a fallu que le groupe intervienne et que le chanteur fasse la sécurité dans le public sur le dernier morceau pour que ça se calme un peu et que le concert puisse s’achever, dans une ambiance plutôt tendue. Merci, les gars. La testostérone, c’est la plaie des concerts punk.

Photos-0010

Et ça, c’est une peinture de Joram Roukes, « The great beyond » (Stolen space gallery) qui illustre peut-être l’idée qu’on n’a pas tant changé que ça depuis l’état sauvage…

Howard Zinn/Daniel Mermet (Le Parnal – 13 juin)

th

Suis allé voir le documentaire de Daniel Mermet sur Howard Zinn. Mi-portrait de l’historien auteur d’Une histoire populaire des Etats-Unis, mi récit des luttes syndicales américaines, le film chante un air qui peut sembler désuet aujourd’hui (Daniel Mermet file des métaphores sur la « marée basse »). Celui d’une lutte des « petites gens » contre le consumérisme, la raison d’état, le gigantisme des intérêts, la folie du management.

Air que je trouve beau. C’était aussi l’occasion de découvrir le super petit cinéma associatif de Thorens et les gens qui organisaient (bien) la soirée.

th (1)

« Oldies but goodies » (Converge, Trap them, etc. – Usine, 2 juin)

5995

Je ne suis pas forcément le plus qualifié pour parler de Converge vu que je n’ai quasiment jamais écouté sur disque… mais en même temps le principe de ce blog/zine n’est pas d’être qualifié ou reconnu de quelque manière que ce soit.

11351271_10204618143630547_8430506572929447619_n

En plus, on est arrivé bien tard, le set de Trap them avait déjà commencé (sans parler des deux premiers groupes qu’on a loupés…). Hardcore lourd et sombre, avec des parties rapides mais ça reste bien plombé. Le chanteur a un physique à la Henry Rollins période cheveux longs. Sympa (si on peux dire) mais l’ambiance est encore un peu réservée. Ce n’est que sur le dernier morceau et sa rythmique punk/garage/oï – bref, bien binaire -, que ça commence à coller un peu avec le public.

11390228_10204618179551445_7393182643345318892_n

A quoi ça sert de faire la chronique d’un concert de Converge ? Le groupe existe depuis plus de 20 ans, a fait 8 albums…bref tous ceux que ça intéresse connaissent déjà (et ça fait un paquet de monde, au vu de la salle bien pleine)… Ceux qui ne s’interessent pas à cette musique auront l’impression de violence gratuite, d’un trip de bourrins. Mais en fait l’ambiance posée par le groupe est plutôt positive. Jacob Bannon, le chanteur, ne cesse de remercier les gens d’avoir fait le déplacement et se montre attentif au public et avide de communiquer. Il y a un truc qui est passé par là et qui s’appelle le straight-edge, qui a un peu changé la face du hardcore… Certes, la musique du groupe reste ultra torturée mais elle ne pue pas la haine ou la violence (comme chez d’autres groupes). Cette musique revisite pas mal l’histoire du hardcore : des parties techniques et chaotiques qui les ont rendus célèbres mais aussi d’autres plus mélodiques et émotionnelles (je sais pas pourquoi, je pensais souvent à ce vieux groupe straight-edge, Ignite…). Quelques problèmes techniques viendront – à peine – perturber le concert mais Converge délivrera quand même un set ultra intense…

PS Hey, les photos sont de Monsieur Charmot, merci ! Vous pouvez aller faire un tour sur sa page, il y en aura sûrement plein d’autres : https://www.facebook.com/denis.charmot

« Show ! » (C. W. Stoneking – La Gravière, 31 mai)

thNous sommes allés à ce concert sur la foi d’un morceau fascinant entendu par hasard à la radio. C’était aussi l’occasion de découvrir un chouette lieu, la Gravière, serré contre deux théâtres au fond d’une allée, dans un quartier d’entreprises de Genève.

Le bonhomme – le personnage – entre en scène et tout de suite l’émotion s’installe. C. W. Stoneking joue un blues, mâtiné de rythm ‘n blues, de rock’n roll (pas de rock, de rock’n roll) voire de ska. Mais un blues d’antiquaire, un blues originel où la recherche de l’authenticité va jusqu’à l’imitation de l’accent noir américain du sud d’antan et le souci du moindre détail.

Ce souci du spectacle a quelque chose de touchant et de fragile qui fait comme un écrin à la voix rauque du chanteur. J’ai adoré le contraste entre ce show léché, presque théâtral, et cette voix cassée. J’ai largement préféré la première partie, plus blues, aux morceaux qui suivaient où on avait plus l’impression d’être au milieu d’une surprise party rock’n roll des années 50.

Mais quoi qu’il en soit, il y avait deux petites choristes à côté du chanteur. Mignonnes comme tout (faut bien dire ce qui est), avec des voix à tomber, des chorégraphies rigolotes et elles, elles ont fait le show tout le long et je crois bien qu’une bonne partie des applaudissements ravis étaient pour elles…

En tous cas, ça va faire le grand écart ce soir avec Converge ! 😉

Tenez, c’est bien parce que c’est vous :